Virgil Abloh X Evian: une collaboration pour l’environnement

Pensée il y a un an, la collaboration entre Virgil Abloh et la marque Evian aboutit à un projet qui rassemble deux aspects: d’une part, nous trouverons de nouvelles bouteilles, et d’autre part, un concours engagé envers l’environnement sera mis en place.  

De nouveaux designs by Evian 

Depuis l’année dernière, le fondateur de la marque Off/White, mais également directeur artistique des collections Homme de Louis Vuitton collabore avec la marque Evian. Cette association a donné lieu à la création de quatre bouteilles réutilisables où figure l’inscription “Rainbow Inside”, qui correspond non seulement à l’une des signatures de Virgil Abloh, mais également à un projet de fontaine connectée nommé Evian (re)new. 

 

 

 

 

 

 

Cette année, le projet continue avec le studio créatif Alaska Alaska du designer. La collaboration prend des dimensions d’une bouteille en verre de 75cl et de deux nouvelles gourdes en verre Soma. 

« Nous sommes depuis toujours engagés dans une démarche de réduction de notre impact sur l’environnement notamment au travers de notre ambition circulaire à horizon 2025, souligne Shweta Harit, directrice de la marque globale Evian. Nous soutenons les nouvelles générations dont Virgil Abloh est l’un des porte-voix et sommes pleinement engagés dans cette démarche d’innovation durable pour faire émerger les solutions de demain ».

Un concours Activate Movement

Cette année, l’association entre Virgil Abloh et la marque Evian également naissance à « Activate Movement », un projet ouvert à de jeunes designers qui ont l’ambition de créer de nouvelles solutions afin de protéger la planète.


Un événement signé Ruinart à Opéra Bastille

Peu de temps après avoir annoncé son ultime innovation écologique en ce qui concerne les emballages de bouteilles, la célèbre Maison de champagne Ruinart révélera ce vendredi, la nouvelle étape de son projet Carte Blanche, à Paris. 

Mise en place en 2009, l’initiative Carte Blanche convie tous les ans un ou une artiste à partager son interprétation de la Maison Ruinart, mais également de ses savoir-faire associés. 

Après Maarten Baas, Piet Hein Eek, Jaume Plensa ou encore l’artiste contemporain brésilien Vik Muniz, c’est au tour de l’artiste britannique David Shrigley d’être invité. Selon la Maison Ruinart, “À travers ses dessins, néons et sculptures, David Shrigley nous propose un parcours bienveillant et ironique, provoquant des conversations surprenantes entre la nature, les étapes de l’élaboration du vin et ceux qui le dégustent dans le monde entier ». 

Une salle encore tenue secrète… 

L’exposition des oeuvres de l’artiste invité se déroulera ce vendredi 6 mars, à l’occasion d’un événement exclusif qui aura lieu “dans une salle secrète” à l’Opéra Bastille de 16h à 21h.  

 

 

Pour cet événement, la Maison Ruinart a répandue une série d’invitations accessibles au grand public, dans la limite des places disponibles, et sur inscription préalable. Si vous souhaitez participer à cet événement exclusif, il vous suffit de remplir le formulaire ici.   


La Samaritaine rouvre ses portes

Ce sera au printemps prochain que la Samaritaine rouvrira ses portes au grand public, fermée depuis 2005 pour des raisons de sécurité. 

Après son inauguration il y a un siècle et demi, c’est un lieu symbolique qui se prépare à accueillir le grand public. Quinze ans après la fermeture de ses portes, la Samaritaine, dont l’actionnaire majeur est le groupe LVMH depuis 2001, révèlera au printemps prochain les fruits de ses travaux de rénovation dirigé par l’agence japonaise Sanaa. 

Alors que le luxe architectural du lieu, l’un des quatre bâtiment Art Déco représentant la construction est répertorié aux Monuments Historiques, a spécialement influencé sur la nature et le délai du chantier de réfection, La Samaritaine est destinée à honorer cette succession patrimoniale, et ce, en dévoilant un complexe hybride, alliant espaces de ventes, de travail, mais également d’habitation. 

Un lieu retail et lieu de vie 

Parmi les prestations suggérées, figurera la fameuse déclinaison parisienne de l’hôtel Cheval Blanc, qui accueillera sa cinquième adresse internationale après Saint Tropez, Courchevel, Randheli et Saint Barthélémy. 

Conçue par l’architecte Peter Marino, qui a également mis en place l'impressionnant flagship londonien de Louis Vuitton, La Samaritaine propose 72 chambres et suite prestigieuses, un restaurant signé par le chef Arnaud Donckele mais également un spa Dior. 

L’espace reprendra également son passé légendaire en terme de retail en manifestant une surface de vente à hauteur d’environ 20 000m2, suggérant près de 800 postes et 600 marques de luxe venant de tous secteurs. 

La Samaritaine ne s’arrête pas là. Elle a également été conçue comme étant un lieu de vie quotidien. Ainsi, le bâtiment se verra pourvue de 15 000m2 de bureaux, une crèche de quartier mais également une centaine de logements sociaux dirigés par France Habitat.


Ralph Lauren’s Club innove

Ralph Lauren a lancé son nouveau club intitulé Ralph’s Club à Wall Street en présentant la collection printemps 2020. 

L’ambiance était musicale et dansante, notamment grâce à la présence de la chanteuse de soul américaine Janelle Monáe, qui n’a pas hésité à danser sur les tables, jeter du champagne et est même parvenue à faire chanter Ralph. L’ambiance a également été assurée grâce à un groupe de jazz composé de douze musiciens. 

Le mannequin Gigi Hadid a ouvert le bal vêtue d’une redingote au couleur argentée très fashion, portée avec un pantalon smoking large, ainsi qu’une ceinture évasée, défilant entre les tables avant de s’orienter vers le bar pour commander un cocktail. 

 

La collection printemps 2020 est placée sous le signe de l’élégance et de la sobriété. En effet, on y trouve des vestes de smoking en velours au pli raffiné, des tailleurs en matière de laine au couleur gris anthracite, avec galon de gros-grain, mais également des vestes assorties à des vestes en matière de soie bleu cobalt. 

L'événement était également marqué par la présence de Bella Hadid, qui a porté une somptueuse robe en tulle, d’une couleur rouge rubis. 

L’auditoire composé de 300 personnes, a félicité le créateur Ralph Lauren, lorsqu’il a monté le majestueux escalier en marbre conduisant au club, placé au coeur de l’ancien siège d’une grande banque.


Louis Vuitton implante un 16ème atelier en France

En raison de la forte demande concernant le domaine de la maroquinerie de luxe, la Maison Louis Vuitton vient d’inaugurer son 16ème lieu de fabrication en France, situé dans le Maine-et-Loire. 

C’est ainsi que les quatre créations de prestiges telles que Néo Noé, la Mini Boîte Chapeau, le My Lock Me BB ainsi que la Trun Clutch, verront le jour à Beaulieu-sur-Layon. Dans ce nouveau lieu de production, avant d’être taillée et élaborée, puis assemblée et vérifiée,  les matières premières feront l’objet d’un contrôle de qualité minutieux. En effet, au total, près de 150 manipulations seront essentiels à la création d’un sac en cuir de la Maison Louis Vuitton.

Le bâtiment, qui comprend une superficie de 6000m2, reçoit aujourd’hui 135 collaborateurs, dont 110 maroquiniers. D’après le groupe LVMH, l’effectif devrait se fonder sur 200 salariés avant la fin de l’année, pour toucher à terme 300 salariés. Il s’agit là d’un objectif assuré par la dynamique d’enseignement et de transmission de savoir-faire encouragé par la Maison de luxe.


Luxe et “Fashion Pact” pour un engagement environnemental

Le “Fashion Pact”, Quésako ? 

Il s’agit d’un pacte de la mode dont le but est de diminuer l’empreinte écologique de l’industrie du textile.

Lors du sommet du G7 qui a eu lieu à Biarritz l'été dernier,  32 acteurs majeurs du domaine de la mode ont été séduits par ce concept. 

Il y a quelques mois, François-Henri Pinault, le Président-Directeur général du groupe Kering (qui possède les marques Yves Saint Laurent, Balenciaga, ou encore Gucci), avait souhaité un engagement de la part des grands groupes de mode et de luxe à adopter un comportement plus responsable envers l’écologie et l'environnement. Ainsi, trente-deux groupes propriétaires de 147 marques sont investis au sein du “Fashion Pact”. Parmi eux, Chanel, Ralph Lauren, Stella McCartney, Calvin Klein ou encore Tommy Hilfiger. 

 

 

Le “Fashion Pact” visent à améliorer trois dimensions, dont l’impact climatique, la biodiversité, ainsi que la protection des océans. Pour ce faire, plusieurs objectifs sont mis en place, comme celui d’atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2050, mais également de prévoir un recours à 100% énergies renouvelables d’ici 2030, ou encore de supprimer le plastique à usage unique et d’abandonner les matériaux provenant d’élevages intensifs.  

Certains grands groupes néanmoins sur la réserve… 

Le groupe LVMH figure parmi les absents du “Fashion Pact”. En effet, le groupe est déjà engagé au sein d’un projet environnemental aux côtés des Nations Unies. Cette action est en particulier marquée par son récent rapprochement auprès de la marque Stella McCartney, déjà bien investie et engagée en matière d’environnement.